Odeurs et toxicité

Hier encore, quelqu’un m’a demandé si les odeurs émises par la station d’épuration voisine étaient toxiques. C’est une question récurrente à laquelle il convient d’apporter une réponse claire, ce que je vais essayer de faire.

Lorsque l’on perçoit une odeur industrielle dans l’environnement, cela signifie que l’on est dans le panache émis par la source. Ce panache peut contenir des aérosols, des particules, des germes microbiens, des molécules chimiques odorantes ou non. Parmi ces constituants, certains peuvent avoir potentiellement un impact sur la santé des personnes exposées. Les particules fines  peuvent entrer dans les alvéoles pulmonaires et provoquer des problèmes respiratoires dans certains cas d’expositions prolongées  (ex : amiante, silices, etc.). Des germes microbiens peuvent être pathogènes si une quantité suffisante est inhalée (ex : légionnelles, aspergillus, …). Certains composés chimiques ne sont pas odorants mais peuvent être toxiques au-delà de certaines concentrations (ex : CO, CO2, …). Certains composés chimiques volatils  et odorants peuvent être toxiques à partir de seuils déterminés sur la base de la relation liant la durée d’exposition et la concentration (ex :  S02, 1,1 dichloroéthylène, Benzo[a]pyrène, Formaldéhyde). D’autres composés peuvent être, en plus de leur toxicité, cancérogènes (ex : le benzène) si les populations riveraines sont exposées sur de longues périodes (>30 ans) même à des concentrations très faibles.

L’odeur du panache est une perception. Elle est la résultante de l’interaction des composés odorants contenus dans celui-ci  avec la muqueuse olfactive et de l’interprétation par le cerveau du signal neurologique induit. Ainsi, l’odeur, en tant que telle, n’est pas toxique puisqu’il s’agit d’une perception sensorielle. Elle est avant tout un marqueur de la présence du panache En revanche, ce panache peut contenir des éléments pouvant avoir un impact sur la santé des personnes le respirant. Les méthodes d’analyse de la toxicité du panache répondent donc une autre approche méthodologique : l’évaluation des risques sanitaires qui sera abordée dans une future chronique …